Elevage

Suite de : Un mode de vie en complète contradiction avec la nature

Un autre problème, rapidement oublié, et pourtant quotidien, est celui des déjections.

Ce n’est pas un secret, j’ai beaucoup observé dans plusieurs pays, des chiens sans maître, ainsi que d’autres, plus ou moins attachés à une famille, mais jouissant dans les faits d’une complète liberté, pouvant aller et revenir comme bon leur semble (comme c’est encore le cas de beaucoup de chats « de famille »).

J’ai d’ailleurs moi-même vécu dans de telles conditions, avec plusieurs chiens.

Ce qui m’a permis de constater que jamais, je dis bien jamais, un chien libre d’aller à sa guise ne commet de déjections dans le proche voisinage de son lieu habituel de vie. Ou dit autrement, les chiens se montrent très respectueux de leur milieu de vie. Certes, les mâles peuvent marquer leurs territoires. Mais mâles et femelles s’éloignent pour leurs déjections.

_DSC6258

Il y a donc une tendance naturelle de l’espèce à ne pas souiller son lieu de vie.

Paradoxalement, cette tendance est respectée pour les chiens que leurs propriétaires « sortent » quotidiennement à cette fin. Elle ne l’est plus pour les animaux qui vivent dans un espace clos, à moins que cet espace ne soit un parc d’une certaine taille.

Elle ne l’est donc jamais pour les chiens vivant en élevage.

Et il est vraisemblable que cette situation soit une forme de mal-être pour les animaux en détention.

Un entretien biquotidien se révèle par conséquent indispensable. Mais il ne constitue qu’un pis-aller.

Lire la suite : Quand la nature est encore plus trompée qu’on ne saurait le croire

Extrait de notre Formation élevage

Page parente : Pourquoi faudrait-il encourager et favoriser les petits élevages familiaux (et pourquoi est-ce le contraire qui se produit le plus souvent) ?

Vous avez aimé ce cours ? Testez-en d’autres gratuitement à partir d’ici !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives

All entries, chronologically...