Elevage

 

 

Suite de : Problèmes spécifiques à l’élevage professionnel

En effet, professionnel : cela signifie que la production de l’élevage doit, à elle seule, lui permettre de faire face à l’ensemble des coûts générés par cet élevage. Or la production, ce sont les chiots ou les chatons vendus. Pour être viable, une telle activité doit nécessairement produire un nombre d’animaux suffisant.

Or ce nombre devient très vite impressionnant.

Avez-vous déjà envisagé, par exemple, le nombre de chatons ou de chiots qu’il faut vendre pour assurer un seul salaire avec ses charges ? Si l’on admet, ce qui est aujourd’hui très optimiste, qu’un salaire avec ses charges représente, en France par exemple, un montant d’au moins de 30 000 €, et que le prix « départ élevage » moyen d’un animal vendu excède rarement 500 €, il vous faut vendre un minimum de 60 chiots pour payer ce seul salaire. 60 chiots, soit 10 à 15 reproductrices chaque année, et donc… 20 à 30 reproductrices présentes à l’élevage (une reproduction au plus tous les 18 mois) ! Pour un seul salaire ! Et pour l’instant, nous ne disposons pas du premier centime pour toutes les autres dépenses : amortissement et entretien de l’immobilier, alimentation et entretien des animaux, et tous autres frais…

shutterstock_134708813

Lire la suite : Beaucoup de chiens, peu d’humains

Extrait de notre Formation élevage

Page parente : Pourquoi faudrait-il encourager et favoriser les petits élevages familiaux (et pourquoi est-ce le contraire qui se produit le plus souvent) ?

Vous avez aimé ce cours ? Testez-en d’autres gratuitement à partir d’ici !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives

All entries, chronologically...